Ca peut bientôt péter à Arsenal

7ème de Premier League mais surtout éliminé mardi soir contre la modeste équipe de Bradford (league two) en coupe de la ligue anglaise, Arsenal commence à se bouffer de l’intérieur. En effet les relations entre Arsène Wenger et Steve Bould, son assistant, sont de plus en plus tendues voir inexistantes (Voir notre alerte d’octobre). Le technicien français s’en est vivement pris à ses joueurs à la mi-temps, mardi soir, les accusant de « manquer de sérieux et d’application« . Pourtant, après le match, les joueurs auraient pointé du doigt la relation dangereuse qu’entretient Wenger avec son adjoint.

Bould était en charge des jeunes avant de devenir le bras droit de Wenger. Le numéro 2 des Gunners a du caractère et la marge de manoeuvre de Wenger est beaucoup plus étroite que lorsqu’il avait à ses côtés le conciliant Pat Rice.

« Il ne semble pas y avoir beaucoup de communication entre les deux. C’est une honte parce que tous les joueurs sont derrière Wenger, malgré les résultats, mais aussi, ils sont tous respectueux de Bould. Les choses sont tendues. Bould travaillé avec la défense avant le début de la saison, mais il n’a pas fait trop de sessions depuis. Wenger garde le contrôle complet sur tout, » a déclaré une source proche des deux hommes.

Les tensions entre les deux coachs seraient nées, en partie, du problème Gervinho. Auteur d’une triste première partie saison, l’ivoirien reste quand même dans les papiers de Wenger, ce qui énerve son assistant. Le style de jeu proposé par les Gunners soulèverait également quelques questions, Wenger souhaitant insuffler l’esprit barcelonnais alors que Bould aimerait que son équipe soit plus directe.

« Arsenal a joué un football fantastique, mais on ne peut pas toujours être tiki-taka comme Barcelone. Certains joueurs aimeraient être plus direct et ils veulent aussi plus de travail défensif avec Bould mais ce n’est pas le cas. Ils sont également perplexes avec certaines décisions d’Arsène. Ils ne peuvent pas comprendre pourquoi Gervinho est aligné sur le front de l’attaque tandis que tant d’autres sont forcés de regarder la rencontre depuis le banc de touche.  » (source The Sun)

Il y a quelques jours, Wenger se plaignait de la fatigue accumulée par ses joueurs. Habitué à faire jouer ses jeunes en coupe, il a préféré aligner une équipe « presque type » à Bradford, chose qui lui a été reproché à la fin de la rencontre.

L’implosion du club avec, cerise sur le gâteau, le départ de Wenger, est envisagé sérieusement par les tabloïdes britanniques. 7 ans de disette c’est long, surtout quand vous avez l’impression que les 7 prochaines années seront les mêmes.

Mercato Arsenal

 

 

FacebookTwitterGoogle+