Mercato ASSE : Romeyer vote pour un départ de Galtier

Mercato ASSE : Romeyer vote pour un départ de Galtier

Le maintien la saison prochaine de l’entraîneur de l’ASSE, Christophe Galtier, intouchable jusque-là, divise au sein du club forézien.

En poste depuis le 15 décembre 2009, Christophe Galtier va partir. C’est sûr. Oui, mais quand ? La date n’est pas connue. Ce n’est pas nouveau. Ce qui l’est, en revanche, c’est qu’elle divise aussi bien l’entourage de l’entraîneur des Verts que les supporters et ses dirigeants.

Bernard Caïazzo, le président du conseil de surveillance de l’ASSE, veut qu’il reste, « tant qu’il le souhaite, car c’est un compétiteur, sa motivation est intacte et il est capable d’apporter le changement ». Après avoir mis, seul, un veto au départ du technicien stéphanois vers Aston Villa, fin octobre 2015 pour une question de mauvais timing, Roland Romeyer, le président du directoire, se montrerait moins hermétique à la thèse de l’année de trop. Il serait lassé par le spectacle proposé, d’entendre Galtier dire à chaque fin de saison « je peux partir, je reste » et de payer très cher pour des joueurs abonnés à la CFA 2 (140 000 € brut mensuels pour Clément et Corgnet).

Du côté de Galtier, la cassure daterait d’avril 2016 quand, à l’orée du sprint final, Romeyer avait fustigé un milieu de terrain vieillissant. Peut-on en déduire pour autant que Saint-Étienne, qui avait songé à Antoine Kombouaré l’an passé, va se séparer de Galtier à un an de la fin de son contrat ? Galtier, qui ne dispose plus de clause libératoire ni de date butoir pour se prononcer, reste donc maître de son destin.

S’il gagne très bien sa vie depuis seulement deux ans (2 M€ par saison), ce quinquagénaire pourrait dès lors être tenté de sauter le pas en prenant enfin le risque de partir en juin, sans club derrière. Il en discutera avec David Venditelli, son nouvel agent, lors de la prochaine trêve internationale, fin mars. Ce scénario prendra de l’épaisseur s’il n’obtient pas des garanties de la part de ses dirigeants qui, comme l’an passé, l’obligeront à se décider à la fin du Championnat. « S’il reste, on le prolongera », assure Caïazzo. Sauf que, dans un an, Galtier sera libre.

(Source l’Equipe)