Mercato ASSE : Un nouvel investisseur est recherché

Mercato ASSE : Un nouvel investisseur est recherché

Si Roland Romeyer continue à sillonner la France pour vendre sa carte de membre aux supporters, son rêve de transformer l’ASSE en club de socios a pris du plomb dans l’aile.

Et pour deux raisons : l’idée de conditionner l’amour porté aux Verts à l’argent versé (le prix de cette carte varie de 5 € à 65 €) passe mal chez les supporters. De plus, le projet de loi sur l’actionnariat populaire a été rangé dans un tiroir. Cela n’a toutefois pas empêché Guingamp d’ouvrir son capital à ses fans, le 25 février.

« Mais c’est une association regroupant les membres qui devient actionnaire, pas les supporters », précise Caïazzo (63 ans), satisfait de voir que Romeyer (71 ans) accepte, enfin, l’idée d’un nouveau partenaire. « La pérennité d’une organisation ne doit pas dépendre d’individus, surtout à nos âges », a-t-il fait comprendre à son associé, de nouveau secondé par un directeur général (Michel Saez), depuis le 27 juillet 2016. « Avoir laissé Roland pendant un an sans DG a été une erreur. »

Saez a notamment en charge de constituer un dossier avec l’aide de consultants extérieurs. Puis le club mandatera une banque d’affaires chargée de lui dénicher un futur actionnaire. Caïazzo en brosse le portrait-robot : « Saint-Étienne est le seul club européen 100 % français et il doit le rester. Il devra donc s’agir d’un investisseur minoritaire avec une spécificité, celle d’être français. On estime la valeur du club à 100 M€. Les 20 M€, 25 M€ qu’il apportera, en échange de 20 % à 25 % des parts, permettront l’arrivée de deux à trois joueurs capables de nous faire passer un cap, sans perdre nos valeurs. Si c’est pour une participation majoritaire, ce n’est pas la peine. Je ne suis pas vendeur. » L’arrivée de cet homme ou groupe providentiel est espérée dans les dix-huit mois.

(Source l’Equipe)