Mercato : La bonne pioche du Rc Lens

Mercato : La bonne pioche du Rc Lens

Hier, après une première période soporifique face à Orléans, le Rc lens s’est réveillé (4-2) sous l’impulsion de Bostock, une des recrues de l’été.

L’équipe avait rejoint les vestiaires à la pause, la tête bien basse, sous une bordée de sifflets. Et les Lensois le méritaient tant leur prestation fut terne en première période face au promu orléanais. Manque d’imagination en attaque, fébrilité alarmante en défense… Les hommes d’Alain Casanova avaient cédé deux fois face à Aholou (9e) et N’Goma (40e) sur deux actions initiées par Barreto et la superbe panenka réussie par Bostock sur penalty (31e) avaient à peine calmé la colère de leurs supporters.
A la pause, Bollaert avait de quoi être fâché : Les supporters se déplacent en nombre au stade (encore plus de 25 000 hier), font beaucoup de bruit mais ne voient, au mieux, que des matches nuls et une équipe poussive à Bollaert-Delelis depuis le début de saison en L 2. Onzième avant le coup d’envoi des matches d’hier, le Racing Club de Lens, candidat auto-proclamé à la montée, était pourtant dans l’obligation de l’emporter afin de ne pas voir s’envoler les équipes de tête au classement.

Le responsable du réveil brutal est sans conteste John Bostock. Le milieu de terrain trinidadien (24 ans), arrivé cet été de Louvain (Belgique), a réussi un doublé pour égaliser sur un service parfait d’Abdellah Zoubir, une autre recrue de l’intersaison (55e). Mais l’athlétique relayeur (1,88m, 84kg) à la crète blonde et au pied gauche soyeux, omniprésent au coeur du jeu, fut aussi présent à la construction des principales offensives lensoises. Comme sur le dernier but marqué par Cvetinovic, où son centre millimétré a mis à défaut la défense d’Orléans (73e, 4-2).

Ce matin, Lens est sixième de L 2, en attendant mieux.