Mercato FC Nantes : "Nantes jusqu'à la mort !"

Mercato FC Nantes : « Nantes jusqu’à la mort ! »

L’ancien meneur de jeu du Fc Nantes, Stéphane Ziani, a souvent été transféré alors qu’il rêvait de faire carrière dans son club formateur, quitté à cause de sa relation compliquée avec Coco Suaudeau.

Interrogé dans les colonnes de l’Equipe, il est revenu sur cette relation « particulière ».

« Au tout début, Jorge Burruchaga a beaucoup insisté pour qu’on me fasse confiance. Il m’appelait « Ardilès » et avait fait sentir à Coco Suaudeau qu’il aimerait bien jouer avec moi au milieu. Il a été entendu, mais avec Coco on avait une relation bizarre. Il était très exigeant, pensait que ça allait me faire réagir. Mais il me touchait trop dans mon amour-propre. C’est pour ça que je suis parti (à Bastia, en 1994).

Lui-même disait : « Mais non, Stéphane, reste ! » Mais je n’en voulais plus. J’ai quitté le club à cause de Coco et je le lui ai dit : « Tant que vous serez là, je ne reporterai pas le maillot du FC Nantes. » Résultat, j’ai changé de club presque tous les ans alors que je rêvais d’une carrière au FC Nantes. Au départ, même le Real Madrid ça ne me faisait pas rêver, c’était Nantes jusqu’à la mort ! » , a-t-il lâché.

Depuis qu’il a arrêté de jouer, en 2005, l’ancien milieu de terrain déménage un peu moins qu’avant. Après avoir aidé ses amis entraîneurs en place dans le secteur (La Baule, Vertou), il a connu une première expérience de coach à Libourne, en National (2008), avant de revenir à Nantes (juin 2010), où il a dirigé les moins de 19 ans, a été l’adjoint de Philippe Anziani en Ligue 2 et a aussi occupé, très brièvement, la fonction de directeur technique : nommé le 31 mai 2011, il démissionne une première fois le 14 juin , reprend son poste le 20 juin et claque la porte pour de bon le 19 août.
Ensuite, il a repris ses valises, qu’il a longtemps posées dans les Émirats arabes unis, où il fut notamment entraîneur adjoint d’Al-Furaijah (à partir de septembre 2014) puis entraîneur principal, à la suite du limogeage d’Ivan Hasek en mars dernier. Revenu en France depuis quelques mois, l’ancien meneur de jeu continue d’observer de près la Ligue 1 tout en passant ses diplômes de directeur de centre de formation (après avoir validé ceux d’entraîneur) : il était cette semaine en stage à Clairefontaine à cet effet.

(Source l’Equipe)