Mercato : Nancy passe aussi à l'heure chinoise

Mercato : Nancy passe aussi à l’heure chinoise

À la suite de Sochaux et d’Auxerre (Ligue 2), de Nice et de Lyon (Ligue 1), c’est au tour de l’AS Nancy-Lorraine, actuel 19ème de L l, de se faire « aider » par la Chine.

Après un peu plus de vingt-deux années de présidence à la tête de l’ASNL, Jacques Rousselot (67 ans), l’actionnaire majoritaire, s’apprête en effet à passer la main.

Quels seront donc ces mystérieux « nouveaux propriétaires », qui devront avoir finalisé le versement des 20 à 25 MC prévus pour le rachat, d’ici le 15 novembre ? L’examen de la composition de deux sociétés fondées en septembre à Londres, RedInvest International Limited et RedInvest Acquisitions Limited, l’une pour virer les fonds et l’autre pour mettre en place la prise de contrôle effective du club lorrain, permet d’en savoir un peu plus.
Cyril Guth (51 ans), homme d’affaires français basé aux Émirats arabes unis, aperçu mercredi dernier du stade Marcel Picot à l’occasion de Nancy – Caen (4-2) en seizièmes de finale de la Coupe de la Ligue, possède 10% de la première et contrôle la seconde avec l’Anglais James Edward Gallimore, consultant financier.
Passionné de sport automobile, Cyril Guth devrait donc prendre la présidence de I’ASNL et assurer le lien opérationnel avec ses co-actionnaires : deux autres minoritaires, à hauteur de 10 % (comme lui), le Polonais Piotr Kisielewski (55 ans), résidant au Canada, dont la société de consulting exerce à Dubaï (EAU) et l’Australien d’origine chinoise Jiaxin Jiang (47 ans), directeur d’une compagnie de « développement de l’investissement entre la Pologne et la Chine ».
Mais surtout, une actionnaire nettement majoritaire, soit à 70 %, la Chinoise Xianglin Xu (51 ans), directrice de l’Association de coopération entre la Pologne et la Chine.
Très présents en Pologne, ces investisseurs fortunés ont donc décidé de pousser leur « conquête » de l’Europe un peu plus à l’ouest. Ils devraient être officiellement présentés dans les prochains jours. On en saura alors sans doute davantage sur leurs intentions en termes de développement de I’ASNL.

En attendant. l’entraineur lorrain, Pablo Correa, a récemment confié au journal l’Equipe qu’il envisageait leur arrivée avec confiance et appétit. Méme si la « séparation » avec son grand ami, Jacques Rousselot, suscitera forcément quelques larmes de part et d’autre…