Mercato : Super Mario sous surveillance

Mercato : Super Mario sous surveillance

mario-balotelli-why-always-me

Longtemps, ses frasques ont fait sourire, du moins tant que Mario Balotelli, révélation de l’Euro 2012 où il avait mené la Nazionale en finale contre l’Espagne après un sublime doublé face à l’Allemagne, se faisait pardonner sur le terrain.

Mais ce n’est plus le cas. Son retour en Premier League, sous le maillot de Liverpool après un premier passage mouvementé à Manchester City, a été un flop retentissant. Le sale gosse d’aujourd’hui, vingt-cinq ans, qui se pensait « meilleur que Messi » en 2006, n’amuse plus grand monde.

Et l’AC Milan, où il avait effectué un passage remarqué entre janvier 2013 et juin 2014 (30 buts en 54 matches), s’il a bien voulu lui tendre la main cet été sous la forme d’un prêt payant de 2,5 M€, n’a pris aucun risque au moment de lui faire parapher le contrat.

Selon le quotidien romain Corriere dello Sport, dix clauses, assez restrictives pour certaines, accompagneraient les modalités habituelles. Cela va de l’interdiction de fumer à celle de ne pas porter « une crête rouge, jaune ou orange », en passant par l’obligation « de ne pas parler en mal de son employ­eur ».

Cela commence mal, Super Mario vient de se faire sucrer son permis par la police de Brescia, après un énième excès de vitesse…